Quel est votre projet ?

Rappel immédiat et gratuit
  1. Accueil
  2. Pret immobilier
  3. Actualités
  4. Crédit immo : les taux reculent et la durée moyenne augmente

Crédit immo : les taux reculent et la durée moyenne augmente

02/12/2020

Le rapport mensuel publié par l’Observatoire Crédit Logement/CSA donne une idée précise des tendances économiques et de l’évolution du marché immobilier. En octobre 2020, c’est l’allongement de la durée de remboursement et le recul de l’activité qui attirent le regard davantage que le taux du crédit immobilier en tant que tel. 

1. 1,21%, le taux moyen de l’Observatoire Crédit Logement/CSA

Cet indicateur a reculé de seulement 0,01 point par rapport au mois précédent et de 0,07 point depuis cet été, mais il demeure supérieur au plus bas niveau atteint fin 2019 (1,11%). C’était avant les recommandations du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) exigeant des établissements prêteurs un respect plus strict du taux d’endettement maximum autorisé (33%) et d’une durée d’emprunt plafonnée à 25 ans. 

2. 19 ans et 7 mois, la durée moyenne pour un emprunt

En juillet dernier, cet indicateur était tombé sous les 19 ans (18 ans et 8 mois). Depuis, la remontée est corrélée d’après l’Observatoire Crédit Logement/CSA à deux éléments : d’un côté les recommandations du HCSF et notamment le taux d’endettement limité à 33%, de l’autre la hausse des prix que l’apport personnel seul ne peut pas compenser en totalité. 

3. 50,9%, la part des prêts signés entre 20 et 25 ans

En 2012, trois acquéreurs sur dix seulement signaient un crédit immobilier sur une durée supérieure à 20 ans. Désormais, plus de la moitié des contrats sont conclus entre 20 et 25 ans contre moins d’un tiers entre 15 et 20 ans. En revanche, les emprunts au-delà de 25 ans – qui avaient atteint 2% du total en 2019 – ne représentent plus que 0,5%, les banques étant autorisées à pratiquer des exceptions avec un nombre limité de dossiers. 

4. -18%, le recul de nombre d’emprunts signés en 2020

C’est une conséquence directe de la crise sanitaire : le marché du prêt immobilier a connu un fort ralentissement depuis le début de l’année, qui se chiffre de deux manières :

Cette chute de l’activité est bien évidemment liée à la forte diminution des transactions en 2020 après une année 2019 euphorique (au-delà d’un million), mais aussi aux refus de dossiers plus nombreux avec les exigences plus fortes des établissements prêteurs

5. +10,5%, le bond de l’apport personnel en année glissante

Autre conséquence des recommandations du HCSF, qui démontre la nouvelle donne en matière de financement immobilier : l’apport personnel est devenu indispensable pour obtenir un crédit. Ce sont ainsi les jeunes ménages et les foyers modestes les plus exposés aux refus de prêt immobilier.

Comparer gratuitement les offres de crédit immobilier

Autres actus sur le crédit immobilier

Partenaire

- Publicité -