Quel est votre projet ?

Rappel immédiat et gratuit
  1. Accueil
  2. Pret immobilier
  3. Actualités
  4. Les 5 chiffres du crédit immobilier en novembre 2020

Les 5 chiffres du crédit immobilier en novembre 2020

Les 5 chiffres du crédit immobilier en novembre 2020 25/01/2021

Des taux qui diminuent et des banques plus sélectives : voici en résumé la météo du crédit immobilier en novembre 2020. Tour d’horizon des chiffres les plus marquants avec les données mensuelles de l’Observatoire Crédit Logement/CSA. 

1,20%, la moyenne des taux selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA

Les taux avaient certes atteint 1,11% fin 2019 avant que les recommandations du Haut Conseil de stabilité financière (HCSF) ne viennent resserrer les conditions d’octroi de crédit immobilier. Néanmoins malgré la crise sanitaire qui a fait grimper les taux jusqu’à 1,27% en moyenne au premier semestre, les valeurs sont retournés à la baisse, au grand bonheur des emprunteurs. En novembre 2020, le taux moyen selon l’Observatoire Crédit Logement/CSA s’élève à 1,20%. 

51,1%, la part des emprunts signés sur 20 ans et plus

Six accédants sur dix en 2012 s’engageaient sur 15 à 20 ans. Mais la hausse des prix de l’immobilier combinée à l’assouplissement des conditions d’emprunt ont changé la donne. En nombre 2020, la durée moyenne demeure sous les 20 ans (19 ans et 5 mois), mais la part des contrats signés sur une durée supérieure à ce seuil est importante. Pour rappel, le HCSF a plafonné cette durée à 25 ans fin 2019, alors que les emprunts à 30 ans étaient en voie de démocratisation. 

18%, la baisse du nombre de prêts conclus en 2020

C’est comme pour la courbe des prix de l’immobilier qui semble faire fi du recul des transactions. Avec la Covid-19, le recul des taux du crédit immobilier n’empêche pas le nombre d’emprunts signés de baisser. Dans des proportions qui sont loin d’être anodines : -18% depuis le début de l’année si l’on considère le nombre de contrats, -15,7% si l’on prend exclusivement en considération les montants cumulés. Ce qui démontre que les emprunteurs « écartés » sont ceux qui empruntaient les sommes les moins importantes. 

11%, l’augmentation de l’apport personnel sur les douze derniers mois

Avec les recommandations du HCSF, les banques se montrent plus sélectives et cela se traduit par une prise en considération plus importante de l’apport personnel. En clair : certaines banques exigent un apport suffisant. Le niveau de l’apport personnel a ainsi fait un bond sur les douze derniers mois (+11%), en raison également de la mise à l’écart des profils aux revenus modestes qui empruntaient 100% de la somme nécessaire à leur projet d’acquisition. 

10%, la proportion des refus de crédits

Capital a enquêté sur le phénomène des dossiers ne passant pas le stade de l’étude par les établissements prêteurs. Avant la crise sanitaire, il se situait à environ à 5%, mais ce chiffre a doublé sous l’effet de la Covid-19 et des recommandations du HCSF. Les banques sont plus que jamais attentives à la solvabilité des ménages, notamment ceux dont l’activité est impactée par la crise sanitaire comme l’hôtellerie-restauration.

Comparer gratuitement les offres de crédit immobilier

Autres actus sur le crédit immobilier

Partenaire

- Publicité -